Tebboune : «Nous ne ferons plus appel aux étrangers pour le logement»

1Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a donné un nouveau rendez-vous pour les souscripteurs au programme AADL 2.

En effet, invité du forum du journal Echaâb,  Tebboune a indiqué que «les souscripteurs du programme AADL 2 (2013) payeront la 2etranche soit les 5% de la valeur de leur logement, en janvier 2016 au plus tard et recevront leurs décisions de pré-affectation en mai de la même année».

Il a en outre affirmé que la remise des décisions de pré-affectation pour les souscripteurs de l’AADL 1 (2001 et 2002) se fera à partir du 8 février.

Evoquant la politique adoptée par l’Etat depuis 1999 pour régler la crise du logement, le ministre a souligné que l’Algérie a enregistré depuis les années 80 jusqu’à l’an 2000 un déficit de 3 millions de logements et que le gouvernement parie sur les perspectives de l’éliminer d’ici 2019, ajoutant que 2,5 millions d’unités ont été distribuées dans le cadre des programmes quinquennaux depuis 1999 à ce jour, en précisant que les 720 000 demandes qui restent sont inscrites au programme quinquennal 2015-2019.

Concernant l’éradication des habitations précaires et des bidonvilles, Tebboune veut faire d’Alger la capitale africaine et arabe et peut-être méditerranéenne sans bidonvilles à la fin 2016.

Mais que la réalisation du logement social ne s’arrêtera pas tant qu’il y a une demande formulée par des citoyens à revenu limité.

Quant aux autres formules qui permettent à l’Etat de poursuivre la construction, Tebboune a indiqué que des négociations sont en cours avec de grands promoteurs pour un partenariat en vue de lutter contre la spéculation et construire des logements à des prix abordables afin d’éliminer la crise du logement d’ici 2019 et qu’il ne fera plus appel aux étrangers.

Pour ce faire et accélérer la construction de logements, une  usine de fabrication de panneaux pour la réalisation des logements préfabriqués, d’une capacité de 2.000 unités par an, a été mise en exploitation et l’intention du gouvernement de vendre des assiettes foncières dans les communes de la capitale qui ne dépassent pas les 5000 habitants.

A une question sur l’activité des agences immobilières, il a précisé que le ministère attribuait désormais les autorisations d’activité dans le cadre des nouveaux critères permettant l’assainissement de cette activité.