Réduire les charges pour encourager les recrutements

Réduire les charges pour encourager les recrutements

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh, a indiqué, lors  de la visite de travail et d’inspection qu’il a effectuée dans la wilaya d’Alger, ce dimanche,  qu’un décret exécutif portant réduction des cotisations  sociales des personnels du secteur économique est à l’étude.

Une mesure qui s’inscrit dans le cadre de l’encouragement de la création de nouveaux postes de travail. Ce décret, qui sera prêt dans les prochaines semaines, s’inscrit également dans la stratégie de l’Etat portant sur des dispositions incitatives de soutien et de promotion de l’emploi, et également, la mise en œuvre du programme du président de la République, notamment son volet relatif à la résorption du chômage en Algérie et à la création de 2 millions d’emplois à l’horizon 2009,  pour « lutter contre le phénomène de non-déclaration des travailleurs auprès des services de la sécurité sociale ».

Il est à noter que le taux de chômage a été ramené à 12.30%, selon les dernières statistiques de l’Office national des statistiques. Concernant ce taux, M. Louh expliquera que le chômage est un problème de la non-qualification de la main d’œuvre. Il n’exclut pas que le même taux doit être revu à la baisse, puisqu’au niveau de l’Anem, le nombre de demandeurs d’emploi n’est que de 600 000 en 2006. Il est à noter que la caisse de recouvrement, créée par décret exécutif, sera opérationnelle avant la fin de cette année, selon le ministre du Travail et de la Sécurité sociale. D’autre part, ce décret permettra la mise en œuvre du projet de loi portant sur des mesures d’encouragement de la création de l’emploi, adopté par les députés, en octobre 2006. A ce titre, M.

Louh avait souligné que ce texte vise à mettre en place de nouveaux mécanismes pour l’encouragement, le soutien et la promotion de l’emploi, à travers la réduction des charges sociales au profit des employeurs, en contrepartie de la création de nouveaux emplois, sans modifier les taux des participations en vigueur. Ce texte vise aussi à encourager les investissements nationaux, à drainer les investissements étrangers, notamment dans les régions des Hauts-Plateaux et du Sud de l’Algérie et à inciter les employeurs à la mise à niveau de leurs ressources humaines par le biais de la formation, et partant de là à préserver leurs emplois.

Cette loi permettra également une meilleure maîtrise du marché de l’emploi, par l’enregistrement des demandes d’emploi au niveau des agences d’emploi, en vue de bénéficier des avantages contenus dans ce texte. Il s’agit de prendre en charge les préoccupations des employeurs, consistant essentiellement en l’allégement des charges sociales pour réduire le coût de la création de nouveaux emplois. Dans le cadre de développement des  dispositifs publics de promotion de l’emploi, en matière de chiffres, selon, le ministre de la Solidarité nationale et l’Emploi, le budget de l’Etat, mobilisé dans ce domaine, est passé de 12,3 milliards de dinars en 1999 à 23,1 milliards de dinars en 2005. Le budget arrêté en  2006 est de 38 milliards de dinars dont 9,3 milliards de dinars pour le financement du volet emploi du programme spécial des wilayas du sud et des Hauts-Plateaux.