Le PDG d’Algérie Télécom remet les pendules à l’heure

Le PDG d’Algérie Télécom remet les pendules à l’heure

Invité à s’exprimer au forum de l’ENTV, le président-directeur général d’Algérie Télécom, Brahim Ouaret, s’est longuement exprimé sur les services KMS, indiquant que ces derniers constituent une source importante de recettes pour Algérie Télécom, engendrant plus de 9 milliards DA. Le PDG d’Algérie Télécom a par ailleurs indiqué que 20 000 demandes actuellement en instance seront prochainement livrées et ce, pour encourager ces kiosques multiservices.

Mais le plus gros des questions concernait l’ouverture de capital d’Algérie Télécom au privé. A ce propos, M. Ouaret a tenu à être clair en indiquant qu’Algérie Télécom ne cherche pas un partenaire malade, précisant que la privatisation d’Algérie Télécom est déjà programmée, qu’un business-plan a été établi avec un investissement de plus de 203 milliards DA, soit 2,5 milliards de dollars et cela pour préparer la mise à niveau de l’entreprise.

« Nous cherchons un grand partenaire à l’image de France Telecom, Deutch Telekom ou encore Téléfonica ou Vodaphone. » Avant d’ajouter : « Nous cherchons un partenaire qui apportera son savoir-faire, sa technologie, mais aussi ses techniques de marketing afin de reprendre notre quota dans le marché du mobile mais aussi de la téléphonie fixe. » Il a encore déclaré : « Nous allons passer d’une administration à une entreprise commerciale de statut juridique eurl  » ; soulignant qu’il faut changer de culture, travailler comme une entreprise qui fait face à une concurrence sur l’économie de marché. « Pour ce faire, nous avons fait appel à des experts étrangers de France Telecom et Deutch Telekom pour améliorer notre savoir-faire et surtout développer nos compétences humaines et matérielles. » Afin d’améliorer sa couverture sur le marché du mobile qui est actuellement de 75%, Algérie Télécom compte également installer 2 400 BTS sur le territoire national, notamment sur les axes routiers.

Dans le domaine de l’Internet, le PDG d’Algérie Télécom a axé son intervention sur l’utilisation de l’ADSL comme un service important dans le développement de l’Internet en Algérie. Interrogé justement sur les privilèges accordés à l’ISP EEPAD, le patron de AT a tenu à défendre le premier provider privé en Algérie dirigé par Nouar Harzallah, indiquant que ce provider a installé plus de 50 000 lignes ADSL sur l’ensemble de 33 wilayas, avant d’ajouter que AT est favorable pour accompagner cet ISP et tous ceux qui amélioreraient les services. Le président-directeur général d’Algérie Télécom, Brahim Ouaret, a évoqué pour la première fois des « détournements » de télécommunications en Algérie. Ainsi, il a parlé d’une maffia des télécoms spécialisée dans le détournement des lignes téléphoniques des citoyens impliquant plusieurs éléments de ses services.

Il a notamment révélé qu’une bande avait loué un appartement et détourné des lignes grâce à la technique d’appel en conférence pour effectuer des appels vers l’international. « Ces personnes effectuaient des appels d’Europe vers les pays arabes ou africains, engendrant un préjudice pour Algérie Télécom de 600 millions de dinars. » « Nous tenons à rassurer nos clients que grâce au système informatique  »Gaia », on peut contrôler et surveiller tous les appels », a-t-il indiqué. Enfin, le président de AT a annoncé qu’à partir du mois de mars prochain, le téléphone fixe passera à la tarification à la seconde, mettant l’accent sur la vente des licences de téléphonie fixe qui aura lieu mardi prochain.