Entreprise : l’email cède du terrain face aux réseaux sociaux

Entreprise : l’email cède du terrain face aux réseaux sociaux

Les e-mails est un type de communication sous forme des messageries électroniques qui resteront toujours un outil  principale utilisé par les particulier et les employés dans les différentes entreprises.  Cependant, il y a d’autres canaux et outils sont en train d’émerger en même temps avec les e-mails nommés les réseaux sociaux que de nouvelles générations de travailleurs habitués à échanger des informations via ses nouveaux réseaux.

Le cabinet d’études Gartner a fait un constat lors d’un événement et présenté qui s’est tenu à Cannes, du 8 au 11 novembre dernier, mettant en évidence la nouvelle malléabilité des nouvelles technologies et outils de communication, loin du formalisme de la classique messagerie électronique.

Madame Monica Basso, analyste à Gartner a noté dans l’événement que : « Dans le passé, les entreprises géraient le travail collaboratif via l’email et des applications très structurées et rigides. Désormais, les paradigmes sociaux sont en train de converger entre email, messagerie instantanée et présence, créant de nouvelles formes de collaboration. Cependant, un véritable environnement de travail collaboratif efficace ne verra le jour que si les sociétés rendent ces possibilités largement disponibles et si les utilisateurs savent les exploiter ».

20 % des employés dans les entreprises utiliseront ces nouvelles formes de réseaux sociaux comme principal mode de communication d’ici 2014, se sont les estimations du cabinet d’études plutôt que la seule messagerie. La messagerie n’est pas abandonnée pour autant par contre, ces nouveaux réseaux sociaux vont compléter et couvre les outils de productivité, les salariés de nos jours sont habitués à jongler avec les récents canaux de communication.

En plus, dans les années à venir les aspects de travail collaboratif migreront doucement vers le Cloud comme a annoncé Gartner. Entre autres, certains dans le nuage et d’autres non il y aura un déploiement de services hybrides pour commencer le travail avec ses services. Tandis que, 10%  des comptes de messagerie professionnelle vont concerner la messagerie en cloud d’ici la fin 2012.

Les principaux bénéficiaires de ces tendances sont  Microsoft et Research in Motion en contrôlant à eux deux un pourcentage de 80% du marché dans le secteur de la messagerie mobile d’entreprise d’ici 2012. Un appel aux entreprises fait par Gartner pour s’intéresser dès à présent à ces aspects de collaboration et de communications. L’analyste Monica Basso à Gartner poursuit que  « Le fait est que la collaboration mobile va s’accroître pour toutes les catégories d’employés, et les entreprises peuvent soit diriger cette évolution soit la laisser s’installer par les utilisateurs eux-mêmes. Les sociétés les plus ouvertes à ces changements ne craindront pas d’explorer de nouveaux modèles de communication et de collaboration permis par les nouveaux terminaux tandis que les réseaux sociaux aideront les employés à imaginer de nouvelles formes de communication par l’expérimentation. »

Egalement, le cabinet d’étude conseille les entreprises de se pencher sérieusement sur l’impact des tablettes PC et  l’iPad en particulier. Statistiquement, les ventes de tablettes PC atteindront 19,5 millions de pièces vendues en 2010. Ce chiffre devrait passait le 54,8 millions en 2011 à 208 millions en 2014. Gartner remarque que l’achat peut être une décision et un achat personnels d’un salarié, mais même dans ce cas, les entreprises doivent se préparer à soutenir les utilisateurs clés qui utiliseront des tablettes. Un plan budgétisé en ce sens devrait être prêt pour la mi 2011 dans chaque entreprise. Elle doit également prévoir comment seront utilisées les tablettes,  » l’iPad a le potentiel pour être   extrêmement perturbateur pour les modèles d’affaires et le marché de nombreuses entreprises  » souligne le cabinet. Les prévisionnistes et les gourous ont d’ailleurs du mal à bien identifier l’iPad, remarque Gartner, nombre d’entre eux ont fait référence à ses prédécesseurs qui ont mal fini, prédisant qu’il resterait un marché de niche.  » Si vous pensez que c’est juste une mode passagère, le coût des mesures d’action préventive  est faible, mais le prix d’un retard peut être extrêmement élevé  » analyse Stephen Prentice, vice-président au Gartner.